Architectures coloniales pour musée décoloniaux?


La colonie : Penser l’architecture du Musée Tervuren et du Palais de la Porte Dorée

Dimanche 17 mars, à l’occasion de la parution du livre « Classement diagonal » qui interroge notamment à travers l’acte de patrimonalisation d’un site ou d’un bâtiment, celui de son arrachement au politique, à la critique, La colonie m’a invité pour une discussion autour des architectures patrimonialisées. Le musée Tervuren venant de ré-ouvrir se présente aujourd’hui comme « un espace de dialogue sur un pied d’égalité entre Européens et Africains » (sic), faisant le méa-culpa de son histoire coloniale. Si les travaux et les réflexions autour de la nouvelle exposition permanente du musée battent leur plein, on a trop peu interrogé l’architecture même du lieu. Comment envisager un questionnement de son architecture, une dé-sacralisation et une historicisation critique de celle-ci et des musées coloniaux en général. Ces architectures peuvent-elles réellement être réhabilitées, réinvesties ou tout geste de réparation en leur sein est-il voué à l’échec? La discussion tournera autour de l’architecture du musée de Tervueren et du Palais de la Porte Dorée en présence du critique Philippe Dagen et de la graphiste Loraine Furter.

Dimanche 17 mars, 16h – 18h30.

La colonie
128, rue La Fayette
75010 Paris

Accès:
Métro: Gare du Nord / Gare de l’Est / Poissonnière
Lignes 2, 4, 5, 7 et RER B, D, E
Bus: 38, 39, 42, 43, 46
Arrêt du bus en face de La Colonie : lignes 26, 32, 42, 43, 48