L’artiste en historien amateur

Ce texte de Danièle Méaux, publié dans la Nouvelle revue d’esthétique 2020/1 (n° 25), s’intéresse au projet classement diagonal et à ses trois formes de présentation : l’exposition, le livre, la conférence. Elle approche ce travail par sa dimension non autoritaire y relevant une position d’amateur qu’elle évalue gage d’ouverture démocratique.

Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson

« Échoué n’est pas coulé » est une exposition d’arts plastiques qui rend hommage à l’histoire d’un bâtiment moderne, en béton, qui gît, tel un paquebot échoué, au bord du lac de Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson. L’artiste belge Bruno Goosse, a suivi les traces de ses concitoyens, l’homme d’affaires Louis Empain et l’architecte Antoine Courtens, venus dans les Laurentides, dans […]

L’art même

L’article de Benoît Dusart dans l’Art même 77, aborde le livre classement diagonal/diagonal listing par ce qui, pour moi, est sa partie la plus « dure » : le débat politique, tel qu’il apparaît (parfois) au sein des assemblées, et l’écart entre le moment de l’échange, de la dispute, et la réification en un texte qui, par son existence même, rend inaudible les tensions qui y ont conduit.