inspiration / exposition

7 septembre – 26 octobre 2019

du mardi au samedi, de 13 à 17h.

espace 36 association d’art contemporain

36 rue Gambetta 62500 Saint-Omer

Les malades viennent au sanatorium pour apprendre à se soigner et pour se mettre pendant un temps déterminé au repos complet physique et moral en subordonnant tout aux nécessité de la cure.

art. 46 du règlement du sanatorium d’Helfaut

Entre Lille, Dunkerque et Le Touquet-Paris-Plage: Saint-Omer. Son centre hospitalier, Saint-Omer Helfaut, trouve son origine dans l’édification, en 1931, d’un sanatorium départemental, véritable ville de santé imaginée, à un endroit reculé des zones habitées, au milieu d’une forêt.
L’exposition présentée à l’espace 36 interroge la tension entre deux modèles. Celui qui consiste à isoler les malades et la maladie des biens portants afin de créer des conditions de vie saine en un lieu donné: le sanatorium; et celui qui consiste à rendre saines les conditions de vie de la classe ouvrière.
Le choix du sanatorium est à l’origine d’une pensée de la séparation dont les effets sont aujourd’hui toujours présents.
Logique d’enfermement mais aussi construction d’un lieu idéal dont une des traces les plus évidentes est la séparation entre le temps de travail et le temps de loisir. Ainsi les vacances sont-elles pensées sur le même mode que l’idéal du sanatorium : des lieux où l’on se repose, mange en abondance et où l’on prend des bains de soleil …
Rendre visible le travail de la séparation. Séparation entre le bien-portant et le malade, entre l’action et l’inaction, entre l’air pur et l’air vicié, séparation entre les sexes, entre le temps de travail et le temps de repos, entre le corps privé et le corps public.