Les notes jaunes sont des documents rédigés par les collaborateurs à destinations du Ministre. Les NJ sont placées dans un signataire pour pouvoir être lues et annotées par le chef de cabinet-adjoint, puis par le chef de cabinet et enfin par le Ministre. La NJ reviens ensuite au collaborateur en suivant le même chemin. Parfois les circuits sont plus courts. Les notes jaunes se distinguent des notes vertes qui sont destinées à l’Administration et des feuilles blanches ou courriers qui sont destinés à la communication avec l’extérieur.

Le projet « notes jaunes » utilise les notes rédigées par BG pour FD via MP. Une partie de ces notes n’a pas été détruite comme on l’avait pourtant expressément demandé. Elles sont restées longtemps dans un carton, puis ont été redécouvertes. Se posait alors la question de leur propriété, de leur auteur, et du droit qui pourrait y être attaché. Le contexte historique, politique, relationnel ou lié à une actualité ayant disparu, ne reste que le document écrit, réactivé oralement, non pas seulement une dernière fois, mais aussi pour la première fois, et ce en pure perte.