Participation aux Journées d’études organisées par le LESA (Laboratoire d’Etudes en Sciences des Arts), les 5 et 6 février 2016 à partir de 9h. Mon intervention « souveraineté populaire » interrogera la notion de souveraineté de l’artiste en regard des contingences liées à la production d’objets imprimés et à l’espace.

Ces journées d’études font suite à celle qui a été consacrée par le LESA en juin 2014 aux Nouveaux enjeux du récit contemporain : le texte, l’image et le son dans l’expérience des œuvres.
Le spectateur peut parfois confondre aujourd’hui la forme d’une œuvre d’artiste avec celle d’une exposition produite par un commissaire. En effet, si tout dispositif curatorial constitue un outil critique de présentation qui pose un récit sur les différentes œuvres confrontées dans un contexte d’exposition, de nombreux artistes utilisent également des documents ou des œuvres existantes pour créer et construire diverses formes de récits. Plusieurs facteurs contribuent à ce possible effet de brouillage. En premier lieu, mise en valeur documentaire et construction citationnelle interfèrent dans la mise en espace de ces récits, aussi bien pour un artiste que pour un commissaire d’exposition ; ceci engendre des porosités et des zones d’indécidabilité entre réel et imaginaire dans l’expérience du spectateur. En second lieu, ces phénomènes de brouillage concernent les modes de production artistique eux-mêmes — pluralité des médiums, association de matériaux réels ou virtuels et d’objets ready-made — tout autant que les modes de présentation monographique ou collective aujourd’hui très diversifiés — musée, galerie, réseaux multimédias…

Ces deux journées articulent des réflexions critiques menées par des artistes, des théoriciens, des historiens et des commissaires autour de quelques questions complémentaires, afin d’analyser les formes et les enjeux de cette nouvelle relation œuvre/exposition/récit. Elles interrogent d’abord la responsabilité historique de l’artiste et du commissaire d’exposition : la limite entre subjectivité du premier et prétendue objectivité du second fait-elle encore sens aujourd’hui, en regard des théories de la narrativité, du montage et du reenactment ? Il s’agit ensuite de préciser les relations actuelles entre l’espace de l’œuvre, l’espace muséal et l’espace médiatique (sites artistiques, dispositifs relationnels, interactifs, praticables, vitrines…) dans l’élaboration de récits.
Plusieurs contibuteurs portent le débat sur les relations entre récit, storytelling et art, mais également sur ce qui distingue encore pensée esthétique et récit aujourd’hui. Enfin, on interrogera le recours fréquent à l’intermédialité dans les œuvres actuelles, et la manière dont il affecte la réception du récit, dont le contenu et la structure sont spécifiques à chaque média.

8H30 : Accueil des intervenants
9H : Présentation des journées d’études – THIERRY ROCHE, SYLVIE COËLLIER, CAROLINE RENARD, JEAN ARNAUD

1 – ART, HISTOIRE, FICTION : STORIA VS. STORYTELLING

9H10 : LUCIEN MASSAERT (professeur titulaire de l’atelier de dessin à l’Académie royale des Beaux-Arts de Bruxelles)

ENTRE « DIT » ET HISTOIRE

9H50 : NOVELLA OLIANA (photographe et experte en études culturelles; mène au LESA (AMU) une recherche doctorale sur l’image photographique en lien avec les transformations de l’espace méditerranéen)

CHAMBRES, UNIVERS : FRAGMENTS D’UN ESPACE INVENTÉ – UNE RECHERCHE SUR LE CATALOGUE IKEA

10H30 : EDDIE PANIER (plasticien et maître de conférences à l’université de Valenciennes, rattaché au laboratoire Calhiste)

PERCEVOIR LE CAPITAL

11H10 : Discussion 11H25 : Pause

2 – EXPÉRIENCES DE TERRITOIRES ET RÉCIT

11H40 : PIERRE BAUMANN (artiste et maître de conférences habilité à diriger des recherches en Arts Plastiques et Sciences de l’art, membre du laboratoire CLARE / Artes à l’université de Bordeaux Montaigne)

VIE SAUVAGE, UNE MYTHOLOGIE CONTEMPORAINE

12H20 : DELPHINE POITEVIN (artiste plasticienne, doctorante en Arts plastiques au LESA, AMU)

COMMENT EXPOSER L’ARCHITECTURE ? DU PROJET À LA RÉALISATION ARCHITECTURALE

13H : Pause déjeuner

3 – DESSIN, NARRATION, EXPOSITION

14H 30 : KATRIN GATTINGER (artiste et maître de conférences en Arts plastiques à l’université de Strasbourg)

BORDERKNOTS, POTENTIEL NARRATIF DE DESSINS PERFORMATIFS

15H 10 : BRUNO GOOSSE (artiste et professeur à l’Académie royale des Beaux-Arts de Bruxelles)

SOUVERAINETÉ POPULAIRE. CE QUE LA BD FAIT AU RÉCIT

16H : FRÉDÉRIC VERRY (professeur agrégé en arts plastiques à l’université de Strasbourg ; mène au LESA une recherche doctorale sur le dessin des rêves et sur la relation entre pratique graphique et étrangeté dans les arts visuels)

AUTEURS DE BANDES DESSINÉES ET ARTISTES PLASTICIENS : PROBLÉMATIQUES DES ŒUVRES NARRATIVES

16H 40 : Discussion

17H – 18H : PRÉSENTATION / DISCUSSION AUTOUR DE DEUX OUVRAGES COLLECTIFS :
-LA FIGURE À L’ŒUVRE, études o ertes à Michel Guérin, dir. Jean Arnaud, Presses universitaires de Provence, déc. 2015. En présence de Michel Guérin ;
-DOCUMENT, FICTION ET DROIT EN ART CONTEMPORAIN, PUP / Académie royale des Beaux-Arts de Bruxelles, dir. Jean Arnaud et Bruno Goosse, nov. 2015.
Plusieurs contributeurs à ces deux ouvrages seront présents.

9H – 9H30 : Accueil des intervenants et présentation

4 – ARTISTES CURATEURS ET COMMISSAIRES AUTEURS

9H30 : JEAN-FRANÇOIS SAVANG (docteur en Lettres Modernes, membre du groupe Polart (Poétique et politique de l’art) et chercheur associé à l’AMo (L’Antique, le Moderne) de l’université de Nantes)

LE POÏPOÏDROME : SITUATION CRITIQUE D’UN PROCESSUS DE CRÉATION CONTINUE

10H 10 – THOMAS GOLSENNE (docteur en histoire de l’art ; enseigne l’histoire des arts visuels à la Villa Arson à Nice)

L’AUTEUR COMME PRODUCTEUR : LE FILM

10H50 : MATHILDE ROMAN (docteure en arts et sciences de l’art, professeure d’histoire de l’art et de l’exposition au Pavillon Bosio, Art & Scénographie, École Supérieure d’Art de la Ville de Monaco. Membre de l’Institut ACTE (Art, Création, Théorie, Esthétique), université Paris 1-Panthéon-Sorbonne)

DE LA SUBJECTIVITÉ DU RÉCIT DANS L’EXPOSITION : PIERRE HUYGHE AU CENTRE POMPIDOU (2013)

11H30 : Discussion
Clôture des journées vers 12H