La chaleur de l’usure

 

2_1 // De Markten / 7_11 – 14_12_2014 , Bruxelles

Sous commissariat de  Pierre Baumann et Amélie de Beauffort.

Performance ISAC / chorégraphie Charlotte Vanden Eynde.

Avec : Sylvain Baumann, Christian Bonnefoi, Pierre di Sciullo, Jean Dupuy, Mario Ferretti, Mekhitar Garabedian, Bruno Goosse, Toni Grand, Frédéric Lavoie, Miguel Angel Molina, Miquel Mont, Yogan Muller, Willem Oorebeek, Jasper Rigole, Peter Soriano, Sylvie Turpin, Hannes Verhoustraete.

L’exposition La chaleur de l’usure est présentée au Centre Culturel De Markten à Bruxelles.
Elle s’étend sur plus de 900m2 et s’articule en cinq moments conceptuels qui traversent cinq salles.

USURE ___Dans l’angle mort (ouverture)
USURE ___Perte, identités, histoires d’hommes
USURE ___Erased ou le renversement des économies
USURE ___Les réductions des signes
USURE ___Machines et sédimentation
Chaque moment, schématiquement associé à une salle, agit comme un espace mémoriel pour irradier sur l’ensemble du dispositif.
L’expérience de l’Usure induit cette lecture poreuse où l’on ne saurait affecter à chaque artiste l’évidence simplifiée d’un propos univoque.

Pour l’usure,
les notes jaunes.

D’abord entrepris comme une clôture, ce projet ne fût pas achevé d’emblée. La chaleur de l’usure s’y glissa, presque par inadvertance. Le retour à ces Notes Jaunes pris alors la mesure que la clôture ne clôture rien.

Je m’y use, relis, trie, classe, scanne… Me reviennent alors les contextes collectifs, les forces en présences, les luttes, les non-dits, les trop vite-dits, le souvenir de l’investissement et ce qu’il en reste : une dépouille inerte, obsolète, mais néanmoins ré-activable, bien qu’uniquement pour moi. L’enjeu devient l’écart entre ce qui peut s’adresser à d’autres et ce qui ne le peut…. Parfois, je lis ce que je dirais encore, voire que je suis encore amené à dire, comme si le temps n’était pas passé, ou plutôt que l’idée n’étant pas passée, n’étant pas entendue, pas agréée, elle restait toujours valable. Mais qu’elle se maintienne, plutôt que d’être usée, rend le temps monstrueux par son manque d’entame, son manque à l’entame…. Il avait tort celui qui chantait, qu’avec le temps tout s’en va….

Les notes jaunes sont des documents rédigés par les collaborateurs à destinations du Ministre. Les NJ sont placées dans un signataire pour pouvoir être lues et annotées par le chef de cabinet-adjoint, puis par le chef de cabinet et enfin par le Ministre. La NJ reviens ensuite au collaborateur en suivant le même chemin. Parfois les circuits sont plus courts. Les notes jaunes se distinguent des notes vertes qui sont destinées à l’Administration et des feuilles blanches ou courriers qui sont destinés à la communication avec l’extérieur.

la vidéo